Farid Chawki

Biographie  Photos  Films   Ajouter un commentaire

Biographie de Farid Chawki (Farid Chaouki) (فريد شوقي)

Acteur égyptien, surnommé "le monstre de l’écran", ou encore "le géant", "le bulldozer". Farid fut en effet impressionnant de par sa carrure et son physique imposants. Mais rapidement il deviendra impressionnant par son parcoure.

Né le 1er juillet 1921 au quartier Sayida Zayneb du Caire. Il est issu d’une famille avec des origines turques du côté paternel et maternel. Son père Mohamad Aabdou Chawki fut inspecteur au service trésorerie du ministère des finances. Il était aussi connu pour avoir eu des activités politiques auprès du célèbre Saad Zagloul. Le jeune Farid va suivre sa scolarité d’abord au primaire où il obtint sa 6ème à 15 ans. Il rejoindra l’école des arts pratiques, et il en sortira diplômé.
Très jeune il sera attiré par la comédie et le cinéma. Son père lui-même passionné par cet art lui transmettre le goût de la comédiele en l’emmenant souvent au théâtre. Rapidement, il va saisir l’occasion et va rejoindre une troupe théâtrale qui s’était formée au sein de son école, dirigée par l’une des grandes figures du théâtre et la réalisation, Aziz Aiyd. Toute en poursuivant ses études d’art dramatique il va faire de la figuration dans différentes troupes théâtrales : la troupe de Youssef wahby, Najib El-Rihany, Fatima Rochdy et Georges Abyad.
En parallèle, une troupe théâtrale voit le jour réunissant des élèves de l’école de théâtre et d’autres personnalités artistiques. Ensemble, ils vont réaliser une pièce théâtrale " La victime" et c’est Farid Chawki qui en sera l’interprète principal. La troupe va poursuivre ses activités et présenter d’autres pièces produites entre autre par Anwar Wagdi.
Après l’ouverture de l’école supérieure de la comédie Farid va s’y présenter et passer avec succès les épreuves d’admission. Une fois son diplôme en poche il va démissionner de son poste d’employé administratif pour rechercher cette fois un emploi qui correspond à sa formation initiale, la comédie. C’est ainsi que Youssef Wahbi va lui proposer le même rôle qui l’avait joué et réussi auparavant dans son école, celui du méchant.
Au début de sa carrière les producteurs et réalisateurs vont souvent lui faire endosser des seconds rôles, plutôt celui de la crapule, du bagarreur, du grand bandit ou du chef de gang. Ce que Farid va jouer à la perfection. Son premier film fut "Malak Al Rahma", ou "l’ange de la miséricorde" en 1946 de Youssef Wahby avec Faten Hamama. Il jouera plusieurs autres petits rôles dans des films durant les années quarante, de Anwar Wagdi, "Mon cœur est mon guide"(Kalbi dalili), en 1947, "Un homme qui ne dort pas" ( Raloul la yanam) en 1948.
A partir des années cinquante Farid va enchainer plusieurs rôles mais cette fois en tant que premier de l'affiche dans plusieurs films. Ils auront un grand succès auprès du public, notamment avec "Hamidou" en 1953 ou "Trottoir numéro 5" en 1956. Son nom va alors devenir un des incontournables de l’époque. Il va également se mettre à la production et la réalisation en 1954, d’abord avec son film "On m’a rendu criminel".
A partir des années soixante-dix, l’infatigable acteur, vieillit, va encore incarner énormément de personnages, cette fois adaptés à son âge. Ces interprétations vont révéler le réel talent de l’acteur qui va réussir à donner à ces figures âgées et matures le rôle central. Parmi ces films "Le train de la vie est passé" (Wa mada kitar el-oumr) en 1975, "la prière des opprimés" (Doua El Madloumin) en 1977, et bien d’autres. Sa carrière va ainsi se poursuivre au théâtre, au cinéma et à la télévision et pas seulement en tant qu’acteur.
On peut également relever que Farid Chawki aura abordé tous les genres de films : policiers surtout au début de sa carrière, historiques, comiques, et beaucoup de types sociaux (la drogue, la parentalité, la justice, la mendicité..). Certains de ces films ont parait-il même participer à changer certaines lois et participer à attirer l’attention des pouvoirs publics et des citoyens sur certains problèmes et dysfonctionnements de la société.
Il va constituer en 1982 la compagnie des artistes. Il tournera dans de nombreux films étrangers, turcs, syriens et libanais.
Ses principaux films:
-Des anges en enfer (Malaika fil jahanam) avec Faten Hamama en 1946.
-Antar et Aabla avec kouka en 1948.
-Baba Amin avec Faten Hamama en 1950.
-Ils ont fait de moi un criminel (Jaâlou mini moujrimen) en 54.
-Trottoir N5 (Rassif 5) avec Mahmoud El-Miliguy en 1956.
-Du sang sur le Nil (Dima’e al Nil) avec Hind Rostom en 1961.
-Des moments de peur (Lahadat Khouf), avec Youssef Chaaban en 1972.
-L’entêté (El Aanid) avec Nahid Charif en 1973.
-Des bouches et des lapins (Afouah wa Aranib) avec Faten Hamama en 1977.
-Un voyage avec le diable (Rihlat mâa chaytan) en 1978.
-Une femme tuée par l’amour (Imraa Katalaha El Houb) Madiha kamil en 1979.
-Les maudits (El Malaïne) en 1979.
-Les frères étrangers (El Ikhoua El-Ghouraba) avec Atar Elhakim en 1980.
-Le tribunal a jugé (Hakamat El Mahkama) avec Youssra et Youssef chaaban en 1981.
-L'exécution d'un mort Idam mayat), avec Mahmoud Abdel-Azziz en 1985.
-Le cœur de la nuit (Kalb El Lill) avec Nour El Charif en 1989.
-Une femme paye le prix (Ima’a tadfa el Tamn) avec Tahiya Carioca en 1993.
-L'homme sauvage (El Rajoul El-Chariss) en 1996. (dernier film).
Ainsi Farid Chawki va jouer dans plus de 302 films de cinéma, sans oublier tous ses rôles au théâtre et pour la télévision dans les séries.
Sinon, il cumule une collaboration dans 400 films au total, soit en tant que réalisateur, acteur, producteur, scénariste ou avec plusieurs fonction à la fois. Sa carrière va s’étaler sur plus de soixante ans.

Sur un plan personnel

Il rencontre Zaynab Abd El Hadi une de ses collègues de l'école supérieure de la comédie qu’il finit par épouser. Ce mariage sera rompu lorsque Zaynab lui demandera de choisir entre elle et le cinéma. Car Farid a voulu quitter son emploi pour se réserver à sa vocation première, la comédie. Ensemble il auront une fille Mouna Chawki.
Par la suite il va rencontrer la danseuse Saniya Chawki. Avec elle il va vivre une relation passionnelle, mouvementée et destructrice admettra-t-il plus tard. On rapporte qu'elle va le poursuivre et insister pour qu'il l'épouse. Leur mariage va être le théâtre de scène de jalousie et de conflits incessants en raison de la possessivité réciproque des deux époux. Sur le conseil de Youssef Wahbi il va décider de mettre fin à cette union.
Son troisième mariage fut avec la grande actrice et chanteuse Houda Soltane. Farid raconte qu'il en était tombé fou amoureux de cette dernière dès le premier regard. D'un précédent mariage Houda Soltane avait eu une fille Nabila, que Farid va adopter et la considérer comme sa propre fille. Ils eurent ensemble deux autres filles, Nahid et Maha.
Entre temps l'acteur avait fondé une solide carrière et un nom au cinéma au point qu'il était sollicité sans cesse pour aller tourner même à l'étranger. Malgré l'épanouissement tant professionnel que personnel qu'avait connu Farid avec Houda Soltane, la distance va déclencher finalement leur éloignement l’un de l’autre. Trop occupé chacun de son côté par sa carrière, en plus des rumeurs sur les aventures de l’acteur avec ses admiratrices à l’étranger, après 15 ans de vie commune, Houda Soltane insista pour divorcer.
Enfin, il va se marier pour la quatrième fois avec Soheir Tork une admiratrice de longue date du comédien. Ensemble ils auront deux filles, Aabir et Rania.
Actif jusqu'à la dernière heure, il continuera à enchainer les tournages même à un âge avancé. Il souffrira à la fin de sa vie de problème cardiaque et d'une baisse importante de la vision, son sur poids va notamment lui être défavorable. Il décèdera le 27 juillet 1998 à l'âge de 78 ans.
Farid Chawki est le père de la célèbre productrice Nahid Chawki et de l'actrice Rania Chawki.
Ecrit par Bach M-D

Ajouter un commentaire






Sites Associés

 Box Office Cinéma


Copyright © 2010-2014 L'Egypte en Film Tous droits résèrvés