Leila Morad

Biographie  Photos  Films   Ajouter un commentaire

Biographie de Leila Morad ou Layla Morad (ليلى مراد)

Chanteuse et actrice égyptienne, née le 17 février 1918 à Alexandrie. Leila Mourad constitue avec Asmahane après Oum-Kalsoum l’une des voix qui auront marqué la chanson arabe par leur empreinte. Issue d’une famille d’artiste de confession juive, son père Ibrahim Zaki Mordakhi était chanteur compositeur d’origine marocaine. Sa mère était Jamila Salomone d’origine polonaise. Leila Mourad sera l’ainée de cinq enfants. Petite, elle connaitra la privation et l’insécurité. En effet, son père Ibrahim qui avait des difficultés à vivre de son art décida de partir chercher la richesse et la célébrité à l’étranger. Comme son idole Johne Kelly après une tournée musicale dans certains pays de la région il partit en Amérique tenter sa chance. De retour en Egypte auprès de sa famille et après une longue absence, il ne revint qu’avec un plein d’anecdotes et des poches vides. Durant cette période, la très jeune Leila abandonnera sa scolarité et devra travailler afin de subvenir aux besoins élémentaires de sa famille. Elle sera entre autre engagée dans un atelier de couture. Finalement, elle put rapidement se perfectionner et acquérir une certaine habilité ce qui lui permettra de travailler à son compte.
Ses débuts dans la musique
C’est d’abord l’ami de son père le musicien Daoud Houssni qui verra en Leila le potentiel de sa voix. Il suggéra alors à son père Zaki Mourad de lui apprendre le chant et d’entrainer sa voix. Ce que le père de Leila ne tardera pas à entreprendre avec sérieux et conviction. Il commencera par la base, l’apprentissage du chant classique arabe. En 1929, il décidera d’entamer une tournée de chant en compagnie de sa fille dans de nombreuses villes de la région du sud égyptien. A peine âgée de 12 ans, sa voix vibrante et enfantine va retentir à travers les compagnes des régions comme Assouan ou El-Manssoura. A cette occasion, elle travaillera davantage sa voix et perfectionna sa maitrise du chant. En même temps, elle réussit à ravir dans différentes fêtes locales de nombreux familles et paysans. En 1932, son père aura une autre idée tout aussi productive, celle de faire produire sa fille dans la salle du théâtre célèbre, Ramssis. Parmi les invitées à ce concert de chant il y aura le grand poète Ahmad Chawki, et surtout le musicien, compositeur et chanteur Mohamad Abdel-Wahab. Toujours sous la direction de son père devenu une sorte d’agent de sa propre fille, en 1934 elle signera un contrat avec la radio. Elle y sera engagée pour interpréter à chaque mardi de la semaine une chanson.
Ses débuts au cinéma
En 1935, elle est engagée pour prêter sa voix pour les chansons dans le film "Les victimes" réalisé par Bahija Hafiz et qui fut l’une des premières productions parlantes du cinéma égyptien. En 1937, devenue connue du grand public par ses chansons à la radio et au cinéma, Zaki Mourad réussira à obtenir une entrevue avec Mohamad Abdel-Wahab afin de discuter de projets avenirs de sa fille. Le chanteur lui proposera alors la production de dix disques à trente jinih chacun ainsi qu’un rôle dans son prochain film "Vive l’amour". La jeune Leila est ravie de cette offre et de cette future collaboration avec le célèbre musicien. Mais le réalisateur du film Mohamd Karim s’opposera à lui donner le rôle l’estimant peu séduisante, menue et qu’elle n’avait pas les compétences requises pour être comédienne. Néanmoins Mohamd Abdel-Wahab producteur et acteur du film finit par avoir le dernier mot. Effectivement, Leila Mourad sera bien engagée en tant qu’actrice principale pour son premier rôle au cinéma. C’est ensuite le réalisateur et scénariste Tojo Mouzrahi qui s’intéressera à elle et collaboreront ensemble dans plusieurs films :
- Une nuit pluvieuse (Leila Momtira) avec Youssef Wahbi en 1939
-Leila la fille des écoles (Leila Bint Madariss) avec Youssef Wahbi en 1941
-Leila la fille de la compagne (Leila Bint El-Riff) avec Youssef Wahbi en 1941.
-Leila, en 1942 avec Hissine Sidki.
-Leila dans le noir (Leila Fi El-Dalam) avec Hissine Sidki en 1944.

C’est aussi Tojo Mouzrahi qui saura développer ses talents d’actrice. Ce sera surtout la consécration avec le film "Leila dans le noir". Elle, comme ses films connaitront ainsi le succès, et Leila Mourad devint en peu de temps l’une des vedettes du grand écran et du chant en Egypte.

Sur le tournage du film "Leila fille de la compagne" elle fit connaissance avec un jeune acteur, Anwar Wagdi. Vivace, dynamique, séduisant et plein d’humour, il faisait rire la chanteuse. Elle demandera d'ailleurs au producteur du film qu'elle devait tourner, "Leila fille des pauvres" (Leila Bint El-Foukara), d'avoir Anwar Wagdi comme partenaire. Durant le tournage le réalisateur prévu devra s'absenter c'est alors Anwar Wagdi qui le remplacera. Le film aura un important succès. Cette réussite servira davantage à Anwar Wagdi dans un premier temps, qui devint à son tour une célébrité. Il se révèlera par la suite être un talentueux comédien et réalisateur mais surtout un expert en communication. Puisqu’il s’arrangeait pour promouvoir avec efficacité ses films avant leur sortie. Désormais mariés, ils tourneront plusieurs films ensembles. Sa collaboration avec son mari qui se mettra en plus à l'écriture des scénarios saura plus quiconque exploiter au mieux le potentiel de la chanteuse. Leur association aura été des plus fructueuses en termes de succès et de recettes. C’est ainsi que Leila Mourad sera maintenue durant de nombreuse années encore comme l’actrice et chanteuse phare du cinéma égyptien.
Les différents films de Leila Mourad en collaboration avec Anwar Wagdi :
- Leila, la fille des riches (Leila Bint El-Aghniya) avec Anwar Wagdi en 1947
. - Mon cœur est mon guide (Kalbi Dalili) avec Anwar Wagdi en 1947
- Anbar, Avec Anwar Wagdi en 1948.
- Ghazal El-Banat, avec Naguib El-Rihany et Anwar Wagdi en 1949.
- L’amour de mon cœur, (Habib El-Rouh) avec Anwar Wagdi en 1951.
- La fille de la haute société, (Leila Bint El-Akabir) avec Anwar Wagdi en 1953.

Malgré l’objection de son époux Leila Mourad tournera avec d’autres réalisateurs et producteurs. Après le divorce du couple en 1952, Anwar Wagdi écrira sur l’affiche de leur dernier film en guise de publicité, "Le dernier film d'Anwar et Leila ensemble" ! Elle va encore avoir quelques grands rôles avec d’autres collaborateurs mais le succès en sera moindre. Avec son frère Mounir elle tenta de produire ses propres films mais ce fut un échec. En réalité les années cinquante vont apporter avec elle une nouvelle génération d’artistes pour le cinéma, qui s’est beaucoup développé, diversifié et dont les films musicaux devenaient un style parmi d’autres. Les producteurs recherchaient désormais des jeunes actrices, séduisantes certes mais maitrisant avant tout la comédie. Des comédiennes avec ce genre de qualités ce n’est pas ce qui manquait, citons Faten Hamama, Chadia, Madiha Youssri, Mariam Fakh-Eddine...Comme bien d’autres de sa génération Laila Mourad avait compris qu’elle aurait du mal à rivaliser, à moins de renoncer à être la première de l’affiche... En 1955, à trente-sept ans elle préféra mettre fin à sa carrière et s’éloigna complètement des projecteurs.
Le reste de sa filmographie qui compte en tout 22 films :
-Les témoins de l’amour (Chouhada El-Gharam) avec Ismail Hamouda et Anwar Wagdi en 1944.
-Le passé inconnu (El Madi El-Majhoul) avec Ahmad Salim en 1946.
-La bague de Salomon avec Ahmad Zaki et Yahya Chahine en 1947.
-Le coup du destin avec Youssef Wahbi en 1947.
-La mélodieuse du fleuve (Chadia El-Wadi) avec Youssef Wahbi en 1947.
-L’amour et les jeunes (El-Hawa wa El-Chabab) avec Mahmoud Choukoukou et Anwar Wagdi en 1948.
-La folle (El-Majnouna) avec Mohamad Fawzi en 1949
-La plage de l’amour avec Hissine Sidki en 1950.
-Les roses de l’amour avec Mohamad Fawzi en 1951.
-Adam et Eve avec Hissine Sidki et Ismail Yassine en 1951.
-La dame du train avec Yahya Chahine en 1952.
-Du cœur au cœur (Mina El-kalb lil Kalb) avec Kamal El-Chanaoui en 1952.
-La vie d’amour (El Hayat El-Houb) avec Yahya Chahine en 1954.
-Le bien aimé inconnu (El habib El-Majhoul) avec Hissine Sidki et Kamal El-Chanaoui.

Sur un Plan Privé

De nombreux biographes rapportent l’amour et l’admiration qu’a eu Laila Morad pour Mohamad Abdel-Wahab. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle insista pour accompagner son père lors de la première entrevu de celui-ci avec le célèbre chanteur et compositeur, alors même que sa présence était inutile. Après leur collaboration ensemble dans le film "Vive l’amour" en 1938, la jeune actrice finit même par avouer au concerné cet amour, qui s’avéra non réciproque.

Elle fit connaissance de l’acteur Anwar Wagdi durant le tournage du film “Leila fille de la compagne“. Déjà une vedette, et lui qu’un simple jeune acteur il saisit cette occasion et se rapprocha de Leila Mourad. Néanmoins, avec lui elle put découvrir les autres joies de la vie et ils partageront de plus en plus des moments de complicité. Amoureuse, la même année, 1945, elle l'épousera dans la vie et à l'écran dans le film "Leila fille des pauvres". Le bonheur du début de sa relation avec Anwar Wagdi va vite se transformer en une vie conjugale conflictuelle. Son mari qui devint producteur voulu contrôler totalement sa carrière, ses revenus et sa vie. Ainsi, il refusait de la voir jouer dans d’autres films que les siens et omettait de lui payer son salaire ! Mais Laila Mourad qui ne se laissera pas faire, provoquait chez son mari des crises de colère et de rage qu’elle dut supporter à plus d’une occasion. Entre temps, Leila Mourad se convertit à l’islam et retrouva dans la pratique de cette nouvelle religion l’apaisement qu’elle recherchait. Son amour pour Anwar Wagdi la poussera à se montrer tolérante et patiente face à la tyrannie dont pouvait faire preuve son compagnon à son égard. En revanche, elle aura du mal à lui pardonner ses infidélités. Les deux acteurs divorceront trois fois de suite. La dernière fut en 1952, sans possibilité de réconciliation ou remariage selon la loi islamique.
Leila qui espérait fonder un réel foyer avec des enfants depuis toujours, se retrouva célibataire et seule à nouveau.
Elle rencontra Wajih Abaza, un officier de l'armée égyptienne, qu’elle épousera en toute discrétion. Avec lui elle aura son fils ainé, Achraf Abaza. Ce dernier voulu que leur mariage reste secret. Ne supportant pas cette situation longtemps, le couple finit par se séparer.
Elle épousera en 1954 le producteur Fatine Abdel-Wahab. Ensemble ils auront un fils, Zaki. Là encore la vie de famille qu’espérait la chanteuse sera de courte durée. Entre eux il y avait finalement peu d’affinité.

Leila Mourad ne se remariera pas et se consacrera désormais à l’amour et l’éducation de ces deux jeunes enfants. Quand elle apprit le décès d’Anwar Wagdi elle porta le deuil, et le pleurera. Elle comprit en même temps les raison des sauts d’humeur et les colères de son ex-compagnon, dus en partie à sa grave maladie qu’il avait pris soin de la lui cacher. Sachant qu’Anwar Wagdi avait demandé pardon à Leila avant de partir à l’étranger pour se soigner et d’où il revint sans vie. Elle décèdera à son tour en 1995 à l’hôpital du Caire à l’âge de soixante-quinze ans.

Ecrit par Bach M-D

Ajouter un commentaire





Copyright © 2010-2018 L'Egypte en Film Tous droits résèrvés